• Camille Viéville

Lempereur-Haut / Pellet : une intuition

Par Camille Viéville



L’idée d’exposer sur les mêmes murs les œuvres de Marcel Lempereur-Haut (1898-1986) et celles de Maximilien Pellet (né en 1991) est née d’une intuition : celle d’un dialogue possible entre un vieux peintre obsédé d’esthétique nouvelle, de mathématiques et d’ornement, et un jeune artiste, préoccupé de styles et de décor, fasciné par la voracité de la culture de masse à leur égard. Aux têtes modernistes et aux motifs de cœur ou d’étoile indéfiniment répétés du premier répondent les recherches du second sur les formes schématiques et leurs inépuisables variantes, ainsi que sur les mécanismes de popularisation des avant-gardes et des expressions marginales.

Cette réunion marque la redécouverte de l’œuvre de Lempereur-Haut à la lumière d’une certaine création contemporaine – ici incarnée par Pellet, guidé par une extrême sensibilité à l’égard des œuvres fortes mais méconnues – pour qui, à l’heure de l’hyper-consommation visuelle, le temps de la digestion des images signifie beaucoup.



[Texte rédigé à l'occasion de l'exposition Lempereur-Haut/Pellet organisée par OSP en mars 2019 à Paris]